Questions fréquentes

Nous mettons tout en œuvre pour guider au mieux nos patients ainsi que leurs proches au cours des différentes étapes de la radiothérapie. Vous trouverez ici les réponses aux interrogations les plus fréquentes. Si vous avez des questions supplémentaires, n’hésitez pas à nous les poser lors du traitement.

Dois-je suivre un régime particulier?

La radiothérapie ne requiert aucun régime particulier. En fonction de la zone que nous irradions, il peut arriver que nous vous recommandions d’éviter certains aliments. Demandez à votre médecin ce qui est adapté à votre situation.

Les tumeurs n’exigent pas que l’on se soumette à un régime spécial. De manière générale, nous recommandons une alimentation équilibrée, riche en vitamines et minéraux. En principe, il est conseillé de consommer moins de viande, de beurre et de sucreries.

Puis-je me doucher, me baigner, aller dans un sauna?

Nous fournissons une feuille d’informations à nos patients au sujet du nettoyage de la peau. Vous pouvez vous doucher et vous laver. Etant donné qu’une peau sèche supportera mieux l’irradiation et que les bains et le sauna la ramollissent, nous vous recommandons de n’en prendre que rarement (une fois par semaine), voire d’attendre que le traitement arrive à terme.

Puis-je m’exposer au soleil?

Oui, avec une protection adéquate. Il convient d’éviter l’exposition directe ou les coups de soleil.

Puis-je faire du sport?

L’activité physique est bonne pour la santé, favorise la guérison et aide à lutter contre la fatigue. Cela inclut les promenades, la randonnée ou le vélo. Si vous avez mal ou si vous vous sentez fatigué, vous devriez toutefois vous arrêter immédiatement. Ecoutez votre corps.

Des études ont démontré qu’une activité sportive régulière améliorait le pronostic.

Que se passe-t-il si je dois tousser ou éternuer pendant l’irradiation?

Au cours des séances d’irradiation, nous vous surveillons au moyen d’un microphone et d’une caméra. Si pour une raison quelconque (douleurs, toux, besoins impérieux) vous ne parvenez plus à rester immobile, le système de recalage surfacique tridimensionnel le détecte immédiatement et cesse l’irradiation.

La durée de l’irradiation varie-t-elle?

La durée de l’irradiation est généralement la même.

Puis-je continuer à travailler?

Nous en discutons lors de votre première consultation. Vous pouvez obtenir une attestation d’incapacité de travail à tout moment. En effet, la loi prévoit une incapacité à 100% lors du traitement. Néanmoins, en fonction du métier et de votre état physique, il vous est possible de travailler partiellement, voire à 100%.

Puis-je venir avec mon/ma partenaire?

Il est même souhaitable que votre partenaire soit là lors du premier entretien. Il/elle peut vous accompagner au cours du traitement, toutefois, seul le patient doit être présent dans la salle d’irradiation lors des séances

Comment dois-je nettoyer ma peau?

Nous vous prions de nous demander quelles autres parties du corps doivent être irradiées. Vous obtiendrez une feuille d’information au sujet du nettoyage de la peau pendant et après l’irradiation.

Dois-je enlever ma montre et mes bijoux?

Cela n’est pas nécessaire tant qu’ils ne se trouvent pas sur la zone à traiter.

Quels effets secondaires sont susceptibles d’apparaître?

Nous vous exposons tous les possibles effets secondaires au cours du premier entretien. En fonction de la zone à traiter et de la dose programmée, diverses réactions peuvent se manifester. En règle générale, le traitement est bien supporté.

Comment la radiothérapie fonctionne-t-elle?

Les cellules tumorales se divisent rapidement, mais leur fonction réparatrice est limitée. Les cellules saines, quant à elles, se divisent lentement, mais peuvent mieux réparer les dommages. La radiothérapie et le traitement exploitent cette différence. L’irradiation va projeter de l’énergie sur les tissus cutanés, c.-à-d. sur la tumeur. Cela entraîne des processus physiques et chimiques qui vont venir endommager les cellules, notamment au niveau du noyau. Lorsque son noyau est endommagé, la cellule ne peut plus se diviser correctement et ses fonctions vitales sont significativement perturbées. Si les dommages sont suffisants, la cellule finit par mourir.

Suis-je radioactif(tive) après le traitement?

Non, aucune substance radioactive ne reste sur le corps. Vous pouvez vous comporter normalement avec votre famille, vos enfants et vos amis.

Pourquoi dois-je être irradié(e) aussi souvent?

Afin d’être en mesure de lutter efficacement contre la maladie, une certaine dose d’irradiation est nécessaire. Celle-ci est déterminée entre autres par le médecin et dépend de la taille de la tumeur. A l’instar des médicaments, le principe actif (ici l’irradiation) doit être administré de manière fractionnée afin de ne pas être toxique pour les tissus sains.

La radiothérapie est-elle douloureuse?

Les rayons ne sont ni visibles ni perceptibles. Le traitement est donc indolore.

Vais-je perdre mes cheveux?

Vous perdrez vos cheveux uniquement si le cuir chevelu doit être irradié. L’alopécie ne survient qu’à partir de la troisième semaine d’irradiation. De manière générale, les cheveux repoussent. Il est très rare que la chute de cheveux soit permanente.

Puis-je interrompre ou repousser une radiothérapie?

Il convient d’éviter autant que possible d’interrompre momentanément le traitement. Les cellules tumorales pourraient profiter de cet intervalle pour récupérer et recommencer à se développer. Néanmoins, lorsque dans de rares cas les effets secondaires sont très aigus, il se peut qu’une interruption du traitement soit nécessaire.

Pourquoi dois-je de nouveau faire un scanner?

La tomodensitométrie sert de base à la planification de la radiothérapie. Etant donné que la position du patient lors des scanners de l’examen diagnostique n’est pas adaptée à l’irradiation, les résultats sont malheureusement inexploitables pour cette étape. En outre, nous utilisons par la suite un agent contrastant.

Une radiothérapie peut-elle provoquer le cancer?

Les cellules saines ont la capacité de réparer les lésions entraînées par l’irradiation. Le danger susceptible de provenir de votre tumeur maligne et bien plus grand que le risque minime de développer une deuxième tumeur lors du traitement.